• Docteur Cristian-Doru POP

La biopsie de la prostate

La prostate est une glande de petite taille qu'entoure le canal urinaire, située en bas de la vessie et en avant du rectum chez l'homme. Son rôle principal est la production d'un fluide qui nourrit et aide à transporter le sperme. Elle produit également un marqueur, appelé PSA, qu'on peut quantifier dans le sang afin d'évaluer l'activité prostatique. En plus, la prostate, par sa localisation, est facilement accessible à l'examen par toucher rectal. Le dosage du PSA et le toucher rectal sont utilisés après l'âge de 50 ans (45 ans en cas d'antécédents de cancer de la prostate dans la famille ou des populations à risque) pour réaliser le dépistage du cancer prostatique.

En cas de suspicion de cancer de la prostate, la biopsie prostatique reste le seul examen qui permet de récupérer des fragments de tissu glandulaire afin de les analyser au laboratoire d'anatomopathologie pour confirmer la présence de la maladie. Une IRM prostatique est souvent réalisée en préalable pour mieux orienter la biopsie mais ne peut pas se substituer à une biopsie.



Comment ça se passe?


Pour réaliser la biopsie en sécurité et diminuer les risques la préparation est importante :

  • un examen des urines (ECBU) pour écarter la présence d'une infection des voies urinaires

  • un lavement rectal le matin de l'examen permet de vider l'ampoule rectale pour mieux visualiser la prostate à l'échographie et afin de diminuer le risque infectieux

  • une antibioprophylaxie personnalisé avec attention aux antécédents allergiques

La biopsie se fait sous contrôle échographique et par voie transrectale. Une anesthésie locale est réalisée avant de prélever le tissu prostatique. Dans certains structures, une sédation à effectuer par un anesthésiste est proposée pour un meilleur confort.


Habituellement on prélève 10 à 12 carottes biopsiques sur tout le volume prostatique. Des carottes supplémentaires peuvent être prélevées en cas de lésion suspecte visualisée à l'IRM ou en cas de prostate de grosse taille. Le geste prend habituellement 20 à 30 minutes.



Les risques associés


Les risques habituelles sont :

  • saignement rectal fréquent et rapidement résolutif (en cas de prise d'anticoagulants une interruption du traitement peut être nécessaire)

  • hématurie - du sang peut être présent dans les urines parfois pouvant durer 24h à 48h; une augmentation de l'apport hydrique est souvent suffisante comme traitement

  • du sang dans le sperme ou hémospermie peut apparaitre suite à la biopsie et peut durer jusqu'à quelques semaines; il s'agit d'une manifestation tout à fait bénigne et il ne faut pas s'inquiéter

  • difficultés à vider la vessie - peuvent survenir parfois après une biopsie et un traitement peut être nécessaire; rarement, la pose d'une sonde urinaire s'impose

  • une infection (prostatite) dans les suites d'une biopsie prostatique se manifeste par la présence des brulures mictionnelles, des douleurs, courbatures, fièvre et nécessite un traitement antibiotique



Conseilles après une biopsie de prostate


  • éviter les efforts intenses pendant 24h à 48h après la biopsie

  • une gêne au niveau du périnée / rectum peut être ressentie pendant 1 ou 2 jours

  • il peut avoir du sang dans les urines et/ou dans les matières pendant les premiers quelques jours

  • il faut nous appeler ou consulter en urgence (ou à défaut appeler le 15) en cas de : fièvre, difficultés à uriner, douleurs importantes, difficultés à respirer, courbatures


Les résultats de la biopsie


L'examen anatomopathologique peut prendre entre 1 et 3 semaines en fonction du volume de travail du laboratoire. L'anatomopathologue évalue au microscope le tissu adressé pour analyse et se prononce sur la présence du cancer prostatique, son type et son agressivité.


La consultation de contrôle après la biopsie de prostate a lieu en moyenne à 3 semaines. Lors de cette consultation vous allez recevoir une copie des résultats et l'urologue va vous les expliquer. En fonction du résultat, des examens supplémentaires peuvent être nécessaires (par exemple, scanner, scintigraphie osseuse, TEP-Scanner avec Choline) afin d'évaluer le stade de la maladie. L'ensemble des résultats permet ensuite de proposer des options thérapeutiques personnalisées. Le dossier est également discuté en réunion pluridisciplinaire de cancérologie pour valider la prise en charge.



Plus d'info dans la fiche de l'Association Française d'Urologie :

01_biopsie_echoguidee_prostate_0
.pdf
Download PDF • 306KB